"Que tu es belle !", "Paroles paroles paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent."

 

Elle aurait voulu y croire, elle aurait tant aimé cesser de poursuivre de vains buts, de partir à la chasse d'oiseuses chimères. Mots tendres couchés sur le papier, douces paroles exprimées au crépuscule, sérénades chantées au petit matin. Un céleste piédestal d'où elle ne souhaitait jamais chuter.

Elle arrive à destination. Un vent frais caresse ses cheveux, quelques gouttes de pluie tombent et perlent sur son visage. Ni frisson, ni froid, ni chaleur, une température indescriptible émanait de son corps. Elle lève la tête, ramène une mèche mouillée derrière son oreille ; la pluie ne la dérangeait pas, elle en avait besoin. Il était nécessaire que la preuve que tout tourne soit faite. Se mettre en marche n'a jamais semblé aussi simple. Mécanique, intuitif, presque tel un pantin, une marionnette que l'on actionne à deux doigts.

 

"Une marionnette n'est pas une prison." se disait-elle. Elle ne se sentait en aucun cas piégée, elle savourait ce chausse trappe de manière inconsciente. Elle se laissait bien guider, à travers les mots. Les paroles détiennent ce pouvoir inouï, celui de rendre heureux, de nous faire ressentir le malheur, la douleur.

 

"Je crains vos silences, et non vos injures.", en plongeant dans le silence, tout s'arrête, plus rien n'est à dire, ne peut être encore ajouté. Y aurait-il de toute manière eu davantage à exprimer ? Non, des mots, des lettres, des interjections ! Mettre un point d'interrogation : un effroi. Terminer sur une exclamation, sentir la surprise de l'instant. Ou tout se terminerait par un point. Final, sans équivoque. Malheureusement. Les injures seraient le logique prolongement des mots tendres. Après les injures viendrait la pluie, et elle aurait pu la ressentir.

 

Les gouttes d'eau sécheront, la pluie cessera, avec elle emporter le silence, apporter le mutisme.

 

Ne chuchotte rien d'autre, n'hurle aucune autre parole, reste en la nuit. Tourne la tête et aperçois le jour qui se lève au loin, très loin, presque invisible mais accessible.