Bonjour le peuple,

 

Mam'zelle n'écrit plus, c'est un fait. Il faut dire que cette année est riche en émotions, du genre devenir une figure emblématique citée dans les journaux, aller taper la causette avec les gens du monde politique qui passent à la télé et qui sont intelligents (et c'est rare), se faire arracher le bras et se faire caresser tendrement les mains par quelqu'un de connu (j'ose le smiley made in réseaux sociaux <3), peut-être devenir rédactrice de webzine, être en arrêt maladie because burn out total because y'en a marre de se faire insulter pis de se faire balancer des objets divers et variés dans la tronche par des adolescents prépubères de 13 ans qui sont en totale rebellion "les profs c ts d cons XD". Et accessoirement, j'attends fébrilement ZE résultats du concours de prof qu'est censé me faire accéder à respect, considération et paie décente (je reste une personne naïve et naturellement optimiste surréaliste et absolument pas névrosée).

Lors d'une réunion interminable à base de powerpoint de budgets de parti politique, de crépage de chignon et de textos envoyés de manière désespérée ("JE M'ENNUIE", "JE N'EN PEUX PLUS", "JE VAIS CREVER") et de six cafés en l'espace d'une après-midi, j'ai griffonné deux trois choses que Mam'zelle a du mal à relire. En substance:

 

Je ne sais pas chez vous, en tout cas dans ma ville où la moyenne d'âge de mon quartier avoisine les 97 ans, où tu croises des chihuahas avec des petits vêtements ridicules sinon le pauvre petit va prendre froid, se trouvent des tonnes d'affiches destinées aux rares jeunes qui se seraient égarés ou auraient pris la mauvaise ligne de bus. CA :

affiche recrutement1

 

affiche recrutement2

affiche recrutement3On remarquera tout de suite une mixité sociale de fou: une noire (mince, une personne de couleur (c'est con d'ailleurs de dire "de couleur", le blanc et le noir c'est pas des couleurs d'abord)), un barbu et une petite blonde. Ben ouais passke c'est comme ça dans les médias : faut bien une personne de couleur (non non, je n'oserai plus dire noir-e promis promis) qui présente le JT de 13h, dire que les arabes ne sont pas tous des voleurs MAIS nous pondre des émissions "enquête ultra spéciale sur les vols à main armée que des roumaines vont aller piquer des I-Phone dans le métro", nous présenter la diversité de la population française avec des émissions "la vraie vie de ces gens qui viennent du Nord et qui sont fans de Johnny ou de Frédéric François" et affirmer que la parole de Madame (je suis polie) Frigide (la) Barjot (elle porte bien son nom de Frigide) a d'autant plus de valeur que celle d'homosessouels qui franchement déconnent à vouloir passer devant Monsieur le Maire. En bref, une quatrième affiche avec un transsexuel aurait encore été de meilleur goût.

Deuxième chose: mais ces slogans racoleurs, ils y ont réfléchi combien de temps au Ministère de l'Education Nationale ? Passke sincérement, fallait bien aller se creuser les méninges pour nous sortir de telles choses. Même Mam'zelle n'y aurait pas pensé. Chapeau bas aux gens d'la com' (ouais, quand t'es quelqu'un qu'organise des soirées comme Mam'zelle ensuite tu ne dis plus communication mais com' passke ça fait plus hype (allez me foutre des coups de pied dans les chevilles je vous en prie)).

 

  • Ze première affiche : "Une nouvelle formation au contact des élèves" alias "Un diplôme pour que le contact avec les élèves soit un conflit perpétuel". Cette formation n'est EN AUCUN CAS une formation au contact des élèves. Pour petite preuve: certains de mes camarades estudiantins n'avaient jamais vu un élève avant l'année de Bac + 4, si ce n'est des réminiscences et vagues souvenirs de collège. La nouvelle formation des enseignants tournée vers la masterisation voulue par feu M. le Président jusqu'en 2012 a littéralement déconnecté les étudiants de la réalité pratique. Pour expliciter mon propos, je me propose pour esspliquer en quelques mots ce que veut dire "masterisation". Déjà le Master c'est l'équivalent du Bac + 5, qui existe depuis la refonte de l'université en vue de l'uniformiser au niveau européen: tu as une licence si tu as un Bac + 3 et un Master si tu as un Bac +5, pis un doctorat si t'es un fou / une folle furieus(e) c'est Bac + 7 (et pour les psychopathes tu fais médecine et t'as Bac + 32). Depuis voilà quelques années, les étudiants se destinant à être enseignants ne suivent plus de formation à l'IUFM (structure toujours existante pour ceux et celles qui veulent être professeurs des écoles, alias prof pour des élèves en couche culotte) mais se retrouvent à l'université. Et ça, c'est juste un peu tout pourri quand même: passke faut pas non plus pousser pépé dans des ronces, ben on ne va quand même pas payer des professeurs d'université pour instruire des étudiants qui veulent devenir enseignants ET des étudiants qui ne veulent pas du tout faire cela. On se retrouve donc mêlés à des camarades de promo qui n'ont que faire de formation pour futurs enseignants. Et ça, c'est super préjudiciable pour nous, les futurs enseignants respectés, choyés et "fonctionnaires éthiques et responsables".

 

  • Ze deuxième affiche, donc celle avec le monsieur barbu me fait juste pouffer de rire et me fait m'avaler mon bonbon Arlequin. Une formation REMUNEREE pour les futurs enseignants. Laisse-moi rire. Mais laisse-moi rire. Si j'ai bien lu tous les écrits provenants du site du Ministère, faudrait croire que ceux qui auront la chance de décrocher le fameux sésame au concours cette année vont attendre un an pour ensuite passer les épreuves orales et en attendant ? En attendant ils et elles seront en poste pour un 6h par semaine payé comme un mi-temps, c'est à dire pour 9h d'enseignement. Simple détail: un plein-temps de prof c'est 18h ou plus si tu fais des heures supp'. Oui oui... bien, bien. Mais c'est une très chouette idée ! Dès septembre 2013, ceux et celles qui auront réussi avec brio les épreuves écrites du concours vont être lancés dans un poste comme on lance un bout de viande dans la cage d'un lion. Cette initiative est très certainement largement inspirée de l'expérimentation dont j'ai fait les frais l'an dernier, c'est-à-dire l'instauration d'une formation alternée, destinée à provisoirement combler les déficits criants d'enseignants dans l'Educ Nat. Et pourquoi c'est naze ? Passk'on essaye de faire du racolage publicitaire pour un métier difficile, où clairement on nous essplique que limite tellement il manque des postes que le concours on va te le donner. Primo, le concours doit rester un concours sélectif, basé sur de réelles connaissances. C'est ce qui est fait. Mais COMMENT, dites-moi, COMMENT peut-on juger de la qualité, du mental et de la volonté de quelqu'un qui aura réussi des écrits d'un concours ? La sélection dans ce recrutement aurait du être inversée: faire passer des oraux avant de faire passer des écrits. N'est-ce pas là une idée un tant soit peu plus judicieuse ? Imaginez quelqu'un qui ne possède en son fort intérieur et dans son caractère une certaine force, quelqu'un qui aurait une intelligence créee à base de bachotage intensif MAIS qui se révèlerait être un fin fou sociopathe (j'exagère volontairement) ? Ben c'est naze (bis). Ensuite : d'accord, t'as brillamment réussi tes écrits, t'es tout heureux(se) et donc on va te donner un poste de 6h pour une année, payée 9h. Tu te dis cool raoul, c'est trop d'la balle. En septembre tu arrives dans un établissement sans avoir jamais vu la couleur d'un élève (hé hé), sans connaître le fonctionnement d'un établissement (savoir gérer tout le travail externe à ta salle de cours comme utiliser les logiciels internes, préparer un conseil de classe, se préparer à des rencontres parents-professeurs, être confronté(e) à des face-à-face avec des parents pas toujours compréhensifs et soucieux d'éduquer leurs enfants dans le respect et la bonne conduite, connaître le fonctionnement de l'organisation d'une sortie scolaire, les réunions de conseils pédagogiques, de commissions éducatives, de conseils de discipline etc etc... et ACCESSOIREMENT préparer des cours, des séances, séquences, toujours prévoir, anticiper, se remettre en question, corriger des copies, envoyer des tonnes de mails etc etc...) et là ben les cocos ils et elles vont être sacrément démuni(e)s, et vont se dégoûter eux (elles)-mêmes. BIEN ! L'idée d'un parcours alterné est dans le fait un truc qui gère la fougère (hé hé), mais NE LANCEZ PAS des étudiant(e)s dès le mois de septembre, ne serait-ce que pour 6h ! Prévoyez au minimum deux mois au sein d'un établissement en observation et en autonomie partielle avec un ou une collègue qui saura guider, faire apprendre, prodiguer moults conseils essentiels. Mais là je suis dans une douce utopie que l'Educ Nat ne sera jamais en mesure de réaliser. Pourquoi ? Passk'il faudrait trouver des enseignants volontaires pour prendre en charge les étudiants, et force est de constater que même actuellement c'est déjà la croix et la bannière pour réussir à trouver des profs qui acceptent de prendre en charge les étudiants qui actuellement ont DEUX stages de TROIS SEMAINES en dernière année. Pourquoi ? Passke c'est sous payé, c'est une tâche ingrate et non reconnue. Alors moi je proposerais bien de donner l'occasion à des enseignants de faire cette prise en charge avec à la clef un salaire plus conséquent à la fois du mois. MAIS JE SUIS BETE: plus de fric dans le pays.

 

  • Ze troisième affiche: "Qui veut la réussite de tous ?" pas l'Education Nationale faut croire... Passke la réussite n'est pas accessible à tous. Comme je le disais, certain(e)s ne sont PAS fait pour exercer le métier d'enseignant. Ils ou elles ne le savent pas encore, mais la chute est d'autant plus terrible des années plus tard. Déjà que la formation de masterisation a lourdement appauvri une formation qui était déjà bien maigre. On lance des étudiants dans un métier difficile sans prévenir, sans les confronter à une réalité PRATIQUE, si ce n'est ces quelques stages d'observation à durée trop limitée. On instaure des formations alternées uniquement dans le but de combler des matières déficitaires sans réellement se soucier de l'avenir de l'Education Nationale, c'est-à-dire non pas uniquement les futurs enseignants mais SURTOUT les élèves, ceux-là même qui vont être en face de professeurs inexpérimentés d'un point de vue pratique. On recrute en réalité des CONTRACTUELS sous-payés, qui ne seront pas suivis, formés. Et en plus, cette campagne de recrutement est un cache misère des suppressions massives de postes dans l'Educ Nat sous Sarkozy Ier.

 

  • Je souhaite déjà, en premier lieu, que les contractuels qui ont une ancienneté dans l'Educ Nat qui avoisine souvent la dizaine d'années soient TITULARISES. Passk'il est inconcevable que des professeurs contractuels qui ont prouvé qu'ils étaient tout autant compétents que les titulaires ne soient pas reconnus à leur juste valeur. Passke je souhaite qu'ils et elles aient une sécurité de l'emploi passke bien souvent en septembre ils se retrouvent sans boulot sous prétexte que y'a pas de place (et dans ce cas là pourquoi on recrute ?). Je souhaite une restructuration des modes de formation basée sur l'unique pratique à un certain degré d'études.

 

Et je souhaite avoir mon concours cette année passke j'l'ai passé en 2012. Alors pensez à moi pour dans quelques jours.